REGIONS

Rosso
La plaine de Mpourié en campagne

La plaine de M'Pourié une ferme pilote créée les années 80 en partenariat avec les chinois comprend un service de machinisme , une station de pompage et dispose d'une superficie de 1500 ha dont 650 ha repartis en trois brigades revenant à la ferme de M'Pourié et 850 ha relevant des coopératives .La ferme ne bénéficie pas d'une inscription budgétaire lui permettant de payer régulièrement un groupe de travailleurs qui ont acquis une ancienneté de trente ans à son service, et de faire deux campagnes par an même pour une deuxième campagne fourragère .
Pour solutionner en partie les problèmes auxquels la ferme fait face, cette dernière met en location la superficie des trois brigades au profit des individuels pour avoir un fond de roulement en vue de démarrer la campagne , en attendant que les coopératives qui doivent aller en campagne se préparent financièrement afin de payer à leur tour les redevances de prestations et irrigations . Le prix de la redevance est de 41000 UM / ha dans la zone que gère M'Pourié . Dans les zones occupées par les coopératives et l'extension , le prix est fixé à 26000 UM / ha .
La superficie emblavée cette année au niveau de M'Pourié est de 803 ha .Il faut noter que la participation des coopératives est faible à cause de la contrainte du retard de la campagne qui n'a commencé que le 21 juillet 2002 . La bonne organisation de M'Pourié qui a associé le privé au travail du sol en mettant aussi la station de pompage en marche 24/24h au début de la campagne , a permis de contracter la période de semis en deux semaines . Et durant toute la campagne il n'y a jamais eu manque d'eau , contrairement aux années précédentes où les paysans peinaient pour terminer la date des semis qui s'étalait jusqu'en Septembre. Et où Il y avait pénurie d'eau au moment d'épiaison, ce qui empêchait d'assurer convenablement l' irrigation au moment où le riz a besoin de beaucoup d'eau. Des situations entraînent les mauvaises récoltes , car le rendement est une fonction linéaire tributaire d'un ensemble de critères où si l'un des facteurs fait défaut il affecte le résultat, donc le remboursement du crédit . En dépit de ces contraintes vécues par les coopératives , l'union des coopératives avait manifestement exprimé son engagement , au profit de l'entreprise DAHOUD qui avait fait preuve d'une bonne collaboration à l'égard des paysans dans le domaine agricole. Cette union de coopératives , par ses objectifs, de prendre en compte tous les problèmes auxquels les paysans sont confrontés est leur principal interlocuteur auprès de l'administration de M'Pourié , des autorités administratives , des structures de financement et des partenaires extérieurs à la ferme . Et d'ailleurs le Directeur général de M'Pourié conçoit que cette institution qu'il pilote est un outil rentable, mais le problème c'est la gestion des hommes. Le directeur l'a prouvé par des calculs simples et logiques par exemple l'enveloppe de 1 200 000 000 UM qui était prévue pour la réhabilitation de la plaine de M'Pourié pouvait être amortie à moins de 5 à 6ans au lieu de 10 . Cela peut s'obtenir seulement avec la production de l'exploitation des 650 ha sans compter le rendement du machinisme et de la station de pompage . Cette année ,malgré l'invasion des mange -mil durant les semis et la rareté des semences de base, les statistiques agricoles prévoient un résultat de rendement moyen de 6 tonnes / ha Le constat illustre qu'aucun exploitant ne s'est plaint du résultat de la campagne , cela s'est senti au niveau du crédit agricole au remboursement des échéances du crédit des coopératives qui font la campagne . M'Pourié reste ainsi un noyau sur du développement socio-économique qui ne doit pas être négligé .Et les relations entre la ferme et les coopératives doivent être saines et bâties sur des bases qui permettent de trouver ensemble des solutions aux problèmes rencontrés
Housseinou O. M'Bareck Diarra Cp Rosso.

Nouadhibou
Manifestation contre la guerre en Irak

Plusieurs centaines de personnes sont descendues ce vendredi 28 mars dans les rues de Nouadhibou, pour protester contre la guerre en Irak. Les manifestants avaient sillonné la rue principale acheminant vers le domicile du wali en levant des banderoles portant des slogans dénonçant l'hégémonie anglo-américaine sur le monde.
La manifestation s'était déroulée sous une supervision de quelques éléments des forces de l'ordre ainsi que d'autres de la garde nationale.
Un membre de l'Alliance Populaire Progressiste (APP), invité à la marche, avait estimé le nombre de manifestants à quelques milliers

Plan d'urgence
L'Arabie Saoudite répond à l'appel

Sous la supervision de l'ambassadeur du Royaume d'Arabie Saoudite, le Bureau international de l'Assistance islamique a procédé à la distribution d'une quantité de des centaines de tonnes de vivres, destinées aux populations les plus touchées par le déficit pluviométrique enregistré cette année sur tout le territoire national.
Ce geste vient en réponse à l'appel lancé au nom du gouvernement mauritanien, par le ministre de l'Intérieur, des Postes et Télécommunications, en vue d'une aide internationale d'urgence.
Ont participé à la campagne de distribution de ces vivres, deux délégués du Bureau central d'assistance à Jeddah, et la distribution s'est étalée sur plusieurs localités dans les régions du Brakna, de l'Assaba, de l'Adrar, du Trarza ainsi que dans certains quartiers de Nouakchott.
Signalons que cette quantité de produits alimentaires qui comprend du riz, du sucre, de l'huile et du lait en poudre avait une valeur de cent mille dollars. Sans compter trois conteneurs de dattes, et six autres de vêtements.
A noter que quelques vingt mille citoyens ont bénéficié de cette assistance, qui s'inscrit, selon les responsables saoudiens, dans le cadre de la solidarité entre les peuples frères saoudiens et mauritaniens.

N° : 377 du 31 mars 2003